ENGLISH

 

Description : Description : Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\cabarrus.jpgPromenade européenne dans Bordeaux 9

 

Le Cardinal de Manzù.

Cathédrâle Saint-André.

 

Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\manzu.jpg


 

 

Le bas-relief en bronze surplombe le tombeau de Paul, Marie, Alexandre Richaud, (1887-1968) archevêque de Bordeaux en 1950 et cardinal en 1958. Contre le mur à l’aplomb du tombeau, creusée dans le sol, une plaque en marbre noir porte l’épitaphe du cardinal et ses armoiries.

Hommage au cardinal Richaud est l’œuvre du sculpteur bergamasque Giacomo Manzoni (Bergame, 22 décembre 1908 - Rome, 17 janvier 1991), dit Manzù, (Manzoni se dit Manzù en dialecte bergamasque). Sa signature figure sur le relief, en bas à gauche.

Autodidacte mais professeur de sculpture tout au long de sa vie, catholique mais proche du communisme (il obtint le Prix Lénine pour la paix en 1965), Manzù commença en 1939 une série de bas-reliefs en bronze sur le thème de la crucifixion et de la déposition de croix, où les bourreaux portent des casques allemands qui furent exposés à Rome en 1942. Il encourut les critiques à la fois du gouvernement fasciste et des autorités ecclésiastiques.

On connaît bien la sculpture « civile », monumentale, publique de Manzù : les Monuments aux partisans en Italie, notamment celui de sa ville natale de Bergame, en 1977 ; sa grande sculpture, Justice et Paix, pour la Cour de Justice de l’Union européenne de Luxembourg, dans les années soixante-dix ; puis, en 1989, sa dernière sculpture monumentale, L’Hymne à la vie, et ses 6 m de hauteur face à l’édifice des Nations unies à New York.

Pourtant, c’est autour de la religion que s’exprima depuis l’origine son originalité. Manzù y offre la version contemporaine de l’inspiration de Ghiberti pour les portes de bronze, et de Bernini, lui-même sculpteur des cardinaux d’un autre siècle. Vainqueur d’un concours, il travailla, de 1952 à 1964, à la réalisation de la Porte de la Mort, pour la Basilique Saint Pierre de Rome, qu’il dédia au pape Jean XXIII. En 1955, il réalisa le portail central de la cathédrale de Salzbourg, ville où il vécut jusqu’en 1960, et qui exposa son Grand Cardinal.

C’est l’impression ressentie lors d’une visite à Saint Pierre à Rome, en 1934, à la vue du Pape entouré de deux cardinaux assis, qui détermina ce processus créatif récurrent. Deux ans après, il exécutait son premier « cardinal », mais ce fut un échec et il fut voué à la destruction. Manzù dut alors attendre jusqu’à l’été de 1938 pour réaliser la première sculpture d’un cardinal de 65 cm de haut. Ainsi commença la longue série de ses « cardinaux », sculptures monumentales en bronze, images hiératiques et schématiques, épures pyramidales de figures enveloppées dans la masse conique et puissante de leur cappa magna. En 1948, c’est en exposant un cardinal qu’il remporta le grand prix d’architecture à la 24e Biennale di Venezia. En 1959, il avait déjà sculpté plus de cinquante cardinaux, assis, en pied, de toutes les dimensions, de petit à grandeur nature. Aujourd’hui, nul ne saurait les dénombrer avec exactitude. Assis, orant ou debout, mais invariablement représentés absorbés dans la méditation, ses cardinaux sont présents dans tous les grands musées de sculpture du monde.

Pour Bordeaux, la stèle Hommage au cardinal Richaud était de démarche plus modeste, mais Manzù y conjugua son art du bas-relief des portes de cathédrale (au Vatican, à Salzburg, à Rotterdam, à Orvieto…) et sa recherche des formes épurées de ses œuvres plus monumentales. Plus encore, il représenta, stylisé mais aisément reconnaissable, le visage du cardinal Richaud. Le cardinal de Bordeaux n’appartient pas à la série des anonymes et demeure ainsi – avec la sculpture du cardinal Giacomo Lercaro achevée en 1953 –  … …

… …

… …

 

 

Epitaphe (gravée, au sol) : Paulus / S. R. E. card. Richaud / 1887-1968. Epitaphe (sur la plaque de marbre) : Ici repose / le cardinal Paul Richaud / 1887-1968 / né à Versailles prêtre en 1913 / évêque auxiliaire en 1934 / évêque de Laval en 1938 / archevêque de Bordeaux en 1950 / pasteur et docteur / il maintint et fit grandir / son église dans la foi / en communion avec / le siège apostolique / il fut un grand apôtre / de la justice sociale / de la charité et de la paix / le 5 février 1968 / il répondit avec confiance / à l' appel du seigneur / qu' il savait proche. Armoiries du cardinal Richaud (au-dessus de l' épitaphe) : [de gueules] à quatre chaînes d' or en sautoir entretenues au coeur par un anneau de même, au chef d' azur chargé d' une étoile d' or accostée de 2 fleurs de lys de même ; devise : Vinctus Christi (Eph. III, 1). Numéro d' inventaire (sur le relief) : BX. 1972 11. 2. 2009/05/20

Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\sourdis.jpg
Le cardinal de Sourdis par Bernini

Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\card.jpg
"Cardinal" de Manzù

Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\portamorte.jpg
Manzù – Porta della Morte (Vaticano, 1952-64)

 

 

Au sortir de la Cathédrâle, rendez vous sur la place à hauteur de la porte des Rois (à gauche face à l'Hôtel de Ville).

 

Ce texte est protégé par la législation sur le droit d'auteur.

Toute reproduction même partielle expose à des poursuites pénales pour le délit de contrefaçon.

© Bertrand Favreau 2011

 

Description : Retour page d'accueil