ENGLISH

 

Description : Description : Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\cabarrus.jpgPromenade européenne dans Bordeaux 4

 

La "Victoire"de Fornoue.

Porte Cailhau.

Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\fornoue.jpg


 

C’est à la fois une porte, bien encastrée dans la muraille de la ville, qui remplace la porte plus ancienne du même nom, située plus à l’ouest. Mais c’est aussi et surtout un « arc de triomphe » qui faisait autrefois face au palais de l’Ombrière. Érigée à la fin du XVe siècle (1493-1496), elle commémore la victoire de Charles VIII sur les Italiens, lors de la bataille de Fornoue, pendant les guerres d’Italie de 1495.

Après avoir parcouru l’Italie jusqu’à Naples, sans rencontrer de résistance, le jeune roi Charles VIII, âgé de 24 ans, fut contraint d’abandonner Naples et dut s’ouvrir par la force le chemin du retour. La bataille eut lieu le lundi 6 juillet 1495, près de Fornoue (en italien Fornovo di Taro, au pied des Apennins, sur les rives du Taro, affluent du Pô). Il rencontra l’armée des confédérés de la Sainte Ligue dirigée par le marquis de Mantoue. Selon Commynes, qui y assista, la bataille dura une heure : un quart d’heure pour le combat proprement dit, trois quarts d’heure pour la poursuite des fuyards : … dès qu’ils eurent rompu ou jeté leur lance, tous s’enfuirent. Trois mille cinq cents hommes moururent. La bataille permit à Charles VIII de repasser les Alpes au mois de novembre. Fin octobre 1495, il était rentré en France. Il n’avait pu assurer ses récentes conquêtes, mais on dit qu’un seul convoi des objets d’art ramenés d’Italie pesait 87 000 livres.

Les deux parties crièrent victoire. Pour les Français, c’était la « victoire » de Fornoue, parce qu’ils avaient tué deux fois plus de soldats qu’ils n’en avaient perdus. Pour les Italiens, c’est la Vittoria di Fornovo parce que, par un mouvement tournant, ils avaient pillé les bagages et le trésor français et que le marquis de Mantoue pouvait exposer triomphalement les trophées qu’il avait conquis. Du point de vue des historiens anglo-saxons, il s’agit au contraire d’une défaite française qui mit fin au rêve italien de Charles VIII.

Le marquis de Mantoue commanda à Mantegna, pour la chapelle de la Santa-Vittoria à Mantoue, un tableau commémoratif de son triomphe où, vêtu de l’armure qu’il portait à Fornoue, il rend grâce pour son succès, à genoux aux pieds de la Vierge, assise sous un dais triomphal, tendant vers lui dans un mouvement de bénédiction une main ouverte. Le tableau de Mantegna fut dévoilé dans la chapelle pour le premier anniversaire de la bataille.

À Bordeaux, alors que la porte est déjà en construction, le maire Jean Blanchefort et les Jurats décidèrent que serait érigé sur le port de la ville, non plus une porte, mais un arc de triomphe où serait place la statue du roi Charles VIII, pour perpétuer cette journée du 5 juillet 1495 parmi les plus glorieuses de notre histoire. Placée dans la niche qui regarde le port, pour la première fois, un roi de France apparaissait en statue à Bordeaux, quarante ans après la bataille de Castillon. Elle fut renversée… …

… …

… …

 

 

Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\mantegna.jpg
Mantegna, Le marquis de Mantoue, rendant grâce à la Vierge pour sa victoire, revêtu de son armure de Fornoue. (détail). Musée du Louvre.

 

Description : E:\www.bertrandfavreau.net\promenadeurop_fichiers\fornoue3.jpg
Le Roi Charles VIII, vainqueur de Fornoue. Bordeaux, Porte Cailhau.

Tourner à droite après la porte pour rejoindre le Cours d'Alsace-et-Lorraine, le traverser et aller jusqu'à l'angle du Cours et de la rue Ausone.

 

 

Ce texte est protégé par la législation sur le droit d'auteur.

Toute reproduction même partielle expose à des poursuites pénales pour le délit de contrefaçon.

© Bertrand Favreau 2011

 

Description : Retour page d'accueil